Portrait de Thao Nguyen

Thao Nguyen

Attachée à la Direction Stratégie de Bruxelles Mobilité

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Thao Nguyen. Je suis sociologue-urbaniste de formation et, depuis quelques mois, maman d’une petite fille.

 Quelle est votre fonction au SPRB ?

J’occupe une fonction d’attachée à la Direction Stratégie de Bruxelles Mobilité, plus particulièrement au sein de la cellule Planification. Concrètement, je suis chargée de garantir la prise en compte des objectifs régionaux en matière de mobilité, d’une part au niveau communal, et d’autre part dans le cadre de projets d’aménagement du territoire sur certaines zones de la région.

 Comment avez-vous rejoint le SPRB ?

J’ai passé un examen informatisé auprès de Selor, organisé spécifiquement pour le SPRB. Suite à cela, j’ai reçu plusieurs propositions d’emploi dont l’une a retenu mon intérêt.

J’ai ensuite été invitée à passer un entretien de sélection devant un jury… que j’ai convaincu de mes compétences et de ma motivation ! J’ai rejoint le SPRB en septembre 2011.

 Pourquoi avez-vous postulé au SPRB ?

Ma fonction précédente m’avait déjà permis d’approcher le thème de la mobilité, dont les enjeux sont très importants sur le territoire bruxellois. Cette matière est vraiment passionnante et touche à la vie quotidienne de tous. Je trouve particulièrement intéressant de pouvoir travailler à la source et de contribuer à préparer la mobilité de demain car c’est un élément fondamental de la qualité de vie des personnes qui vivent/travaillent/séjournent dans la Région de Bruxelles-Capitale.

 Cette qualité de vie, on la retrouve aussi au niveau personnel car le SPRB offre des avantages (par exemple l’horaire variable) qui permettent de concilier vie de famille et vie professionnelle. En tant que jeune maman, j’apprécie beaucoup cette flexibilité.

 Les nombreuses possibilités de formation, qu’il s’agisse de compétences transversales (par ex. la communication non conflictuelle, la gestion du temps, etc.) ou de connaissances techniques (formation de conseiller en mobilité, colloques, etc.), font aussi partie des atouts du SPRB selon moi.

 Pourquoi trouvez-vous votre travail intéressant ?

Le défi que nous devons relever est important : avec l’augmentation de population prévue en région bruxelloise dans les prochaines années, il est indispensable de changer les habitudes des citoyens en matière de mobilité. Le tout-à-la-voiture, c’est dépassé et intenable car les routes ne sont pas extensibles. Comment construire la mobilité à Bruxelles pour inciter les personnes à marcher, rouler à vélo, utiliser les transports publics ou les véhicules partagés… avec le sourire, c’est ça, notre job !

 La dynamique de travail au sein de l’équipe est très motivante : tout d’abord, le partage d’expériences et de points de vue est permanent entre collègues et avec la hiérarchie car l’analyse de chaque situation/projet doit tenir compte de tous les modes de déplacements, et les envisager à plusieurs échelles : locale, régionale, métropolitaine…

 Cet esprit de collaboration se double d’un climat de confiance puisque chacun d’entre nous peut être appelé à être la « voix de la région » dans des réunions avec des partenaires externes (les communes, la STIB, etc.). J’ai donc l’opportunité de contribuer à définir des options stratégiques en amont de réalisations concrètes (par exemple, en accompagnant l’élaboration des plans communaux de mobilité) pour garantir une cohérence au niveau de la région.

 Quels sont les éléments moins agréables de votre travail ?

La mobilité, c’est un sujet sensible ! Les enjeux sont multiples et les intérêts peuvent diverger. Certains dossiers mettent du temps à aboutir car on privilégie toujours la concertation avec les partenaires. Il faut donc être patient…

 Voudriez-vous nous présenter une journée-type ?

Ca va être difficile, mes journées se ressemblent rarement ! Le fond des dossiers de planification donne lieu à des discussions avec mes collègues, à des négociations avec les différentes parties prenantes. Je travaille sur des projets à l’échelle locale (ex : le volet mobilité des contrats de quartier) et sur d’autres qui ont un impact beaucoup plus large (ex : projet de réaménagement de la zone entourant la gare du Midi). J’ai récemment participé à un projet européen, il m’arrive de donner des formations…

 Voudriez-vous nous raconter une anecdote professionnelle ?

L’ensemble de la Direction Stratégie part occasionnellement en « voyage scolaire » pour découvrir sur le terrain d’autres aspects de la mobilité : visite des ateliers de la STIB, pistes cyclables en région flamande, etc. Le lien avec la réalité concrète est important, et s’illustre aussi dans les habitudes de déplacement de l’équipe, qui compte une majorité de piétons, cyclistes et usagers des transports publics !

Ils vous parlent de leur métier...